top of page

Fanny KOPPANY est née un 12 août à Budapest.

 

« C'est là qu'on y entend d'une rive à l'autre du Danube, de Buda à Pest les vibrations d'un violon, un mélange de douleur et de joie intense, de nostalgie et d'élans sauvages. Cette musique ressemble à ce qu'on dit des Hongrois, ils chantent des chansons gaies quand ils sont tristes et jouent des airs mélancoliques quand ils sont heureux. »

 

Fanny passe son adolescence en Flandre Occidentale baignée par la mer du Nord et biberonnée à l'art de la bande dessinée sous les ciels d'Eugène Boudin.

Mais c'est surtout sous l'influence des œuvres de son grand-oncle, artiste peintre pastelliste, lauréat du prix de Rome, que Fanny découvre la palette des couleurs impressionnistes, ainsi que l'art fondé sur l'émotion qu'est le fauvisme.

 

Il y a une trentaine d'années, au détour du hasard, elle tombe littéralement amoureuse du Tarn et décide de s'y installer.

 

« Au cœur du tourbillon qu'est notre vie, je conçois l'art comme une poésie contemplative.

J'aime penser que l'élégance se trouve dans les choses simples. »

 

C'est ainsi que la peinture à l'huile devint son violon d'Ingres.

IMG_E7744.JPG

WWDE2111.JPG
bottom of page